Désaccord parental sur la vaccination des enfants

❓ Comment réagir face au refus de vaccination de l’autre parent vis à vis de son enfant ? J’ai récemment été saisi d’un dossier très délicat. Jean-Paul est père d’une adolescente de 15 ans qui souffre d’obésité morbide.

👨‍⚕️💉 Il veut impérativement qu’elle se fasse vacciner contre le Covid19 non seulement parce qu’il estime que c’est agir dans l’intérêt général mais aussi et surtout parce qu’il est démontré scientifiquement que l’obésité augmente considérablement le risque de mortalité due à cette pathologie.

⛔ Or, son ex épouse, mère de sa fille, est viscéralement opposée à toute vaccination, que ce soit pour elle ou pour sa fille. Elle estime que le recul afférent au vaccin n’est pas suffisant et que c’est faire prendre un risque inutile à son enfant.

😟 Jean-Paul se sent totalement démuni face à cette situation.

👉 Je lui indique qu’il s’agit en l’espèce d’une problématique liée à l’autorité parentale et qu’un enfant mineur ne peut effectivement se faire vacciner qu’à la condition que ses deux parents, qui partagent cette autorité parentale y consentent.

👩‍⚖️ Il existe cependant un moyen d’agir rapidement afin de faire vacciner son enfant : la saisine à bref délai du juge aux affaires familiales qui a le pouvoir d’ordonner des mesures relatives aux modalités d’exercice de l’autorité parentale et notamment la vaccination s’il estime que celle-ci est dans l’intérêt de l’enfant mineur.

⚖ Cela étant, la décision du juge reste toujours aléatoire : il suffit que le dossier soit instruit par un juge particulièrement « antivax » pour que son action judiciaire n’aboutisse pas, au moins à court terme.

Cette saisine judiciaire peut donc s’avérer inefficace et source de tensions encore plus importantes entre les deux parents qui ne se font plus confiance.

👪 C’est pourquoi je conseille à mon client de se tourner, au moins dans un premier temps, vers un mode alternatif de résolution de son différend : la médiation familiale.

👉 Cette médiation pourra permettre à chacun des parents d’exprimer ses craintes, ses ressentis mais aussi pourquoi pas, d’entendre leur fille dans le cadre d’une co médiation. Après tout, elle a sans doute aussi son mot à dire, notamment sur le conflit de loyauté qui doit être le sien.

✅ La situation sanitaire sans précédent que nous continuons de vivre doit aussi être l’occasion de reprendre une communication pérenne, indispensable pour que la famille puisse cesser de s’affronter sur l’essentiel.