Accusations de maltraitance

đŸ€Šâ€â™€ïž Une enfant de 12 ans qui souffre d’une maladie psychiatrique.
Des accusations de maltraitance contre la mùre, (ma cliente), qui s’avùrent sorties de l’imaginaire de l’enfant,
Un pĂšre immature qui prend plaisir au rejet de la mĂšre par leur fille et qui ne comprend pas que le conflit de loyautĂ© est d’abord dĂ©vastateur pour l’enfant,
Des droits de visite mĂ©diatisĂ©s, c’est-Ă -dire au sein d’une association, dĂ©cidĂ©s par le Juge aux Affaires Familiales,
Un climat qui semble, au fur et à mesure que les mois passent, s’apaiser


đŸ’„ Et soudain, mon confrĂšre, avocat de Monsieur, qui prend l’initiative d’appeler l’association pour faire valoir un arrĂȘt des droits de visite, lesquels selon lui, ne peuvent se poursuivre au-delĂ  d’une certaine date !

Au-delĂ  du fait que le positionnement du confrĂšre est juridiquement inexact, ce qu’a confirmĂ© le juge interrogĂ© sur ce point, je ne comprends toujours pas la motivation de mon confrĂšre.

À tout dire je suis outrĂ©e par ses agissements.

👉 Être avocat en droit de la famille ce n’est pas combattre l’adversaire Ă  tout prix sans mesurer les consĂ©quences de ses actes, mais s’adapter Ă  la situation de nos clients, en prenant en compte toutes les donnĂ©es d’un dossier, notamment l’intĂ©rĂȘt supĂ©rieur de l’enfant, pour contribuer, autant que faire se peut, Ă  l’apaisement.

Cette vision globale dĂ©passant le rapport de force judiciaire devrait, en rĂ©alitĂ©, ĂȘtre celle de tous les avocats.
ParticuliĂšrement en droit de la famille.

Elle n’est encore malheureusement que celle de peu d’entre nous.